Une sphère très lumineuse, dorée comme le soleil, est posée au sommet du pignon avant d’un hangar situé sur un terrain à l’arrière de la propriété du témoin. Après l’avoir observée pendant environ quinze minutes et animée par la curiosité, Mme RAY sort de sa maison avec ses deux chiens et une lampe torche pour aller voir la sphère de plus près. Alors qu’elle s’approche, elle remarque un faisceau lumineux qui lentement gagne en intensité et en longueur. Son plus jeune chien ne cesse d’aboyer depuis l’apparition de ce faisceau tandis que le plus vieux probablement sourd reste muet et calme. Sa lampe torche s’éteint subitement. La puissance du faisceau lumineux est telle que les maisons voisines sont baignées dans la clarté comme en plein jour, soit sur une longueur de cinquante mètres. Curieuse, Mme RAY s’approche à moins de 10 m de la sphère d’un diamètre de 2,4 m.

Alors que Mme RAY regagne son domicile, le faisceau lumineux rentre dans la sphère comme il est apparu, lentement, et sa lampe torche se remet à fonctionner normalement. Elle pense à un court-circuit. Le témoin revient dans son salon, constate que ses verres de lunettes ont foncé et redeviennent à présent plus clairs.

Cette observation rapprochée est remarquable par sa durée - plus de trente minutes - et le nombre de détails et effets physiques analysables. Une confusion avec un astre, un avion, un train ou la foudre en boule est exclue. Nous concluons qu’il s’agit d’un PAN D.

alien-sport-sciencextra-triste

TELECHARGER LE DOCUMENT


NOUVEAUX DEVELOPPEMENTS DANS L’ENQUETE

Les 16, 17 et 25 novembre 2011, le Mme RAY fait trois nouvelles observations moins spectaculaires. Malheureusement, son beau-fils qu’elle appelle ne peut les confirmer. Ces observations ne sont pas complètement enquêtées.

Enfin, suite à la visite d’une délégation d’enquêteurs, de légères variantes apparaissent dans le récit du témoin pour l’observation du 13 février 2011 mais à des moments importants de l’observation. Le COBEPS tient à attirer l’attention du lecteur et des enquêteurs sur ces évolutions qui sont susceptibles de modifier l’appréciation du cas. L’enquête se poursuit.

COMPLEMENT D’INFORMATION

Retour à l'accueil