Nous sommes à mi-chemin de la conquête de Mars, si l’on en croit le long processus de planification de la prochaine étape de la saga spatiale. Si l’humanité en rêve depuis longtemps, la Nasa a produit ses premières études de cas sérieuses en 1998. Près de vingt ans plus tard, un nouveau document de référence table sur un «amarsissage» dans une vingtaine d’années, aux environs de 2029.357964.jpg

Le «Design reference architecture 5.0 » (en PDF) ne représente «probablement pas la manière exacte dont nous irons sur Mars » mais bien la «meilleure stratégie» en l’état actuelle de nos connaissances. Selon cet agenda, trois fusées dotées d’une « propulsion cryogénique avancée » partiraient fin 2028 vers la planète rouge, avec à leur bord les briques de la future station humaine et des provisions. Leur voyage durera 350 jours. Début 2031, d’autres cargos et un équipage « réduit » se mettraient à leur tour en route, pour un voyage de 180 jours.

Pour ce long voyage sans ravitaillement possible, mais aussi à la surface de la planète rouge, il faudra mettre au point des circuits de récupération optimale de l’eau et de l’air. De même, les marsonautes devront se transformer en maraîchers pour cultiver des plantes nécessaire à leur nutrition mais aussi, indique le document, à leur «santé mentale». Chaque mission habitée devrait rester 550 jours sur la surface martienne et les besoins énergétiques au quotidien seront fournis par un dispositif nucléaire.

D’ici là, la Nasa compte utiliser la Lune comme terrain d’entraînement. Une simulation toute relative : s’ils veulent communiquer avec la Terre, les astronautes sur la Lune doivent endurer des temps de latences de 2 ou 3 secondes. Sur Mars, ils devront prendre leur mal en patience, le décalage pouvant atteindre… 40 minutes. Et surtout, la Lune ne permet pas de se préparer contre les terribles tempêtes de sable de l’atmosphère martienne.


La Nasa peaufine sa stratégie pour aborder la planète rouge.


Les défis à relever avant d'envoyer des hommes sur Mars sont nombreux et font déjà l'objet d'études exploratoires de la part de la NASA et de Roscosmos notamment mais aussi de l'ESA, de l'ACS. Ainsi, alimenter en nourriture et en eau un équipage voguant jusqu'à Mars n'est pas une mince affaire.lg-140-L.jpg

Il est acquis qu'un équipage vers Mars se composera de 6 à 7 personnes. Le voyage vers Mars peut prendre de 6 à 8 mois, il est fonction de l'orbite des deux planètes et du système de propulsion utilisé. Le séjour sur la planète rouge peut atteindre jusqu'à 18 mois. Cette durée peut paraître longue, mais elle est nécessaire. Les astronautes sont dans l'obligation d'attendre que les positions orbitales des deux planètes soient suffisamment proches de façon à profiter d'une fenêtre de tir qui permette de rejoindre la Terre en quelques mois.
Retour à l'accueil