Je suis plutôt d'accord, nous savons aujourd'hui que notre activité spatiale "expulse" des terriens (bactéries) et qu'ils sont pour certains, aptes à survivre et à se développer, de là à en conclure que la vie sur MARS viendra de la terre tout comme elle est venue de l'espace pour ensemencer la TERRE il n'y a qu'un pas qui est loin d'être farfelue.
Un beau débat d'idée s'il en est, la vie martienne si elle existe sera très probablement complété par une vie venue d'ailleurs, de la TERRE.
Curieux de savoir si la vie existe ailleurs et comment elle est apparut, quelle ironie de l'apporter de chez nous, peut-etre ne faisons nous involontairement que ce qui s'est passé sur notre planète, est-il "hérétique" d'imaginer qu'une civilisation extra-terrestre, vivante ou non, soit à l'origine de la vie sur notre planète?



Des parcs planétaires sur Mars
 
Deux scientifiques, un microbiologiste et un astrobiologiste ont proposé il y a 3 ans la création de parcs planétaires sur la surface de la planète Mars à l'instar des parcs nationaux qui existent dans de nombreuses régions terrestres.

Depuis, l'idée fait son chemin. Mais, aucune décision concrète a été prise de sorte qu'il est très peu probable que cette initiative sera suivie d'effet.

Ces parcs visent à protéger et préserver des régions entières de Mars des risques inhérents à l'activité robotique et humaine lorsque les premiers hommes auront débarquer sur la planète. Ces régions n'ont pas été choisies au hasard. Elles abritent une grande variété des dispositifs que l'on trouve sur Mars et présentent un intérêt scientifique significatif.

Les scientifiques souhaitent ainsi préserver la nature de leur sol et sous-sol et laisser ces zones à l'état primitif, stérile. La présence de robots et d'astronautes sera toutefois autorisée mais selon des règles très strictes. Ils ne pourront emprunter que des itinéraires prédéfinis et aucun déchet mécanique ni de toute autre nature ne devra souiller le sol une fois la mission accomplie.

Cette proposition peut faire sourire, mais à y réfléchir de plus près elle n'est pas dénuée de bon sens. Elle s'inscrit dans une stratégie à long terme et prend en compte les objectifs des programmes d'exploration habitée du Système Solaire de la NASA mais également de l'ESA (Aurora) qui visent à terme à installer des hommes sur Mars.

L'exploration de la planète rouge doit s'intensifier ces prochaines années et une multitude de missions précurseurs aux premières missions habitées sont attendues autour et sur la surface. Des landers aux structures habitables aux sondes en orbite, le risque de contamination de la planète n'est pas nul.

On parle là de contamination bactérienne. Bien que des règles très strictes sont appliquées pour rendre les sondes et lander martiens très propres, c'est-à-dire débarrassées de bactéries terrestres susceptibles de contaminer leur nouvel environnement, des études ont démontré que des bactéries terrestres sont capables de survivre dans les milieux les plus extrêmes et même sur la Lune ! Un spore de bactérie a résisté plus de 3 ans coincé entre deux lentilles d'une caméra lunaire. La caméra avait été déposée par un Surveyor et rapportée sur Terre par les hommes d'Apollo 12. Des analyses au sol ont alors montré qu'un spore de bactérie avait survécu à son séjour sur la Lune et donc dans l'espace, lors de son trajet entre la Terre et la Lune.

Bien qu'aucun engin spatial ne sera propre à 100 %, les experts estiment de 2 à 3 sur 1 milliard les chances qu'une bactérie d'origine terrestre se développe sur la planète Mars.

Enfin, autre problème la chute ou plutôt le crash d'une sonde. Ce risque n'est pas nul quand on sait que de nombreuses engins, tant russes qu'américains ont été perdus de la sorte. On l'a vu récemment avec le lander britannique Beagle-2 qui a vraisemblablement percuté la surface de Mars et en 1999 quand la NASA déplorait la perte de Mars Polar Lander et de Mars Climate Orbiter.

Premiers parcs planétaires sur Mars

Southern Park doit protéger la calotte polaire pour des études biologiques alors qu'Olympus Park entourera le plus grand volcan du Système Solaire et que Desert Park préserverait ces étendues désertiques de l'activité humaine.

Les sites d'atterrissages de Pathfinder et de Viking 1 seront également protégés.

Pour les deux scientifiques, le Bureau des Nations Unies pour les affaires les affaires spatiales extra atmosphérique (UNOOSA) apparaît comme l'organisme le mieux a même d'édicter les règles applicables à ces parcs. Cet organisme vise à encourager la coopération internationale de l'utilisation pacifique de l'espace extra atmosphérique sur le plan scientifique mais également sur le plan juridique.

Cependant, aucun contact n'a été pris avec l'UNOOSA et ces parcs sont loin de voir le jour. Quand on sait que ni les Etats-Unis, la Russie et la Chine n'ont signé le Traité international de la Lune qui vise à faire de notre satellite naturel la province de toute l'humanité, il est peu probable que ces pays s'engageront un jour à limiter leur champ d'investigation sur Mars à quelques régions aux potentialités moindres.

park.jpg Crédits Charles Cockell / NASA


Retour à l'accueil