(Agence Science-Presse) – Après les bactéries résistantes aux antibiotiques, voici les bactéries résistantes... à la NASA!
Mars-oceans-2Ga.jpg

Les locaux ultra-propres, ultra-stériles, ultra-tout quoi, où sont assemblées les sondes destinées à explorer les autres planètes, continuent en effet d’abriter, envers et contre tout, des colonies de bactéries ultra-résistantes. Et si ces bactéries peuvent survivre à ça, elles peuvent peut-être survivre à un voyage vers Mars, admet l’agence spatiale américaine.

satellites-01.gif









Les échantillons recueillis autant dans les salles stériles du Jet Propulsion Laboratory, en Californie, qu’au Centre spatial Kennedy, en Floride, et au Centre Johnson du Texas, révèlent des microbes capables de résister sans nourriture, à des températures élevées et à des taux d’acidité ou de chlore qu’on aurait jadis cru insupportables pour toutes ces bestioles.

Il existe depuis 1967 un traité international qui pose des règles très strictes pour limiter la contamination extra-terrestre... de là-haut vers nous, mais aussi de nous vers là-haut.

Ce n’est pas la première fois qu’on fait le constat, à la NASA, que l’élimination à 100% des microbes « terrestres » est virtuellement impossible. Mais plus la technologie de détection de ces micro-organismes progresse et plus on s’étonne de ce qu’on y découvre. Au point où les scientifiques n’en sont plus à espérer leur éradication : ils sont passés récemment à l’étape de la recension de ces bactéries (d’où les échantillons recueillis en Californie, au Texas et en Floride), afin de pouvoir les comparer un jour à tout spécimen qui serait éventuellement ramené d’une mission sur une autre planète.

Question de ne pas confondre un « extra-terrestre » avec un « Terrien », aussi microscopique soit-il...

Retour à l'accueil