RTEmagicC-PIA06166-modest.jpg.jpgLa lune de Saturne, Japet, est l’un des objets les plus mystérieux du système solaire et il n’est donc guère étonnant que la NASA cherche à en savoir plus en programmant un unique survol rapproché qui aura lieu ce lundi 10 septembre 2007. A part Titan, aucune autre lune de Saturne n’avait bénéficié d’autant d’égards et Japet devrait être le premier satellite glacé étudié de près au radar, à une distance de seulement 1 640 kilomètres.

Japet est en effet bien singulier, avec sa longue montagne tout le long de son équateur qui le fait ressembler à une noix, et surtout ses deux faces dont l’une est blanche comme la neige et l’autre noire comme le charbon, comme le mentionnait Arthur Clarke dans son roman 2001. Un survol à une distance 100 fois plus faible que lors de la première rencontre de Cassini avec cette lune en 2004 s’imposait donc.

Les planétologues voudraient bien connaître les mécanismes responsables de son aspect. Une des premières questions à résoudre est celle de savoir si cette étrange dissymétrie de couleurs provient de l’intérieur ou de l’extérieur de Japet. Dans la seconde alternative, bien des hypothèses ont été proposées et, en ce qui concerne la chaîne montagneuse courant tout le long de sa surface, certains se sont même demandés si elle ne résultait pas d’une ancienne orbite peut-être chaotique de Japet, qui l’aurait fait pénétrer à l’intérieur des anneaux de Saturne.

Toujours en ce qui concerne les teintes de la surface de Japet, la zone sombre est par endroits légèrement rouge, un peu comme ce qu’on observe sur Hypérion, le satellite à l’orbite, elle, incontestablement chaotique de Saturne et qui exhibe des traces d’un événement violent. Peut-être l’origine des matériaux rouges de Japet s’y trouve t-elle ?

L'analyse de la surface

Autant dire que bien des instruments à bord de Cassini vont être mis à contribution pour scruter sa surface à différentes longueurs d’ondes et en déterminer la composition. En particulier, certains pensent que le matériau composant la face sombre pourrait être constitué d’hydrocarbones aromatiques polycycliques, des composés organiques abondants dans les comètes et les poussières interstellaires, et dont on croit qu’ils ont joué un rôle important dans l’apparition de la Vie sur Terre.

Les chercheurs seront aussi à l’affût de possibles éruptions avec des panaches de gaz ou de glace, comme sur Encelade, et chercheront à détecter une mince atmosphère. Mais ce qui sera sans doute l’élément marquant de ce survol, c’est l’emploi du radar à synthèse d’ouverture de Cassini, que la sonde avait déjà utilisé pour percer les nuages de Titan. A la différence qu’ici, on possède déjà des images assez détaillées de la surface de Japet. La comparaison des deux types d’observations devrait aider, non seulement à mieux comprendre ce qui se passe sur Titan, mais aussi à servir de base pour améliorer d’autres futures études en ondes radio des corps glacés du système solaire.

Source:futura-sciences

Retour à l'accueil