60 ans après, l’affaire de Roswell fait encore parler d’elle, après l’affidavit du lieutenenant Walter Haut pulié récemment, c’est un autre témoin de premier ordre qui se manifeste aujourd’hui pour raconter son histoire.

Pour la première fois, l’officier du renseignement Jack Trowbridge parle devant une caméra.

Alors sous les ordres de Jessee Marcel, Trowbridge a eu entre les mains des morceaux de débris issus du crash. Il relate son histoire dans cette courte séquence vidéo.

Mon nom est Jack Trowbridge et j’ai été assigné à Roswell en avril 1947. J’ai été ensuite affecté aux services de renseignement avec Jessee Marcel, qui était le chef du service. Moi j’étais le premier lieutenant.

La nuit du crash

Ce soir là nous jouions au bridge chez Marcel. Ma femme était là et tout le service était là sauf Jessee. Il était parti en pick-up pour ramasser ces débris sur le site du crash. Lorsqu’il est revenu il était relativement tard et nous avons interrompu la partie de bridge pour aller dehors voir ce que Jessee avait ramené. Et c’était très intéressant…

L’objet à mémoire de forme

Il avait l’apparence de l’aluminium, il y avait des fragments de scanners d’avions.. hmm ou quoi que ce soit et également des poutres avec des sortes de hieroglyphes dessus. J’y ai vu des flèches, mais qui sait. Quoi qu’il en soit c’était intéressant d’avoir entre nos mains ce genre de matériel. Il avait des propriétés particulières, par exemple cela ressemblait à un emballage de Hershey’s [NDT : Barre chocolatée très populaire aux USA], mais vous pouviez le serrer aussi fort que vous vouliez dans votre main et en le relachant il retrouvait instantanément sa forme initiale.

Le cover-up

Puis le jour suivant, Jessee ramena une partie des débris au bureau et nous les avons observés et manipulés pendant un moment, puis chacun est retourné à son travail. Plus tard dans la journée, booom! personne ne sait rien. Ils ont dit “Fermez-là, il ne s’est rien passé”, etc. Et lorsque vous êtes en service, vous faites ce qu’ils vous disent de faire.

Le ballon météo

Le Major Marcel fut envoyé à Fort Worh pour montrer à la presse ce qu’il avait vu, eh bien ce qu’il a montré à la presse était bien un ballon météo. [Alors que ] Ce qu’il avait rapporté n’était pas un ballon météo. Il a donc été obligé de mentir à la presse. Il n’était pas content, mais vous faites ce qu’on vous dit. Vous êtes en service, vous suivez les ordres. Ils avaient peur que le public panique en apprenant cette nouvelle. Je ne pense pas que cela se serait produit, mais les ordres viennent de tout en haut et vous les exécutez.

source :Ufofu  ,   SciFi Channel

 

Retour à l'accueil