En visite dans la vallée de Hessdalen en 1985, le célèbre ufologue J. Allan Hynek déclare :

Je suis impressionné par Hessdalen elle-même, parce que Hessdalen est réellement un laboratoire pour les ovnis.

«Je suis impressionné par Hessdalen elle-même, parce que Hessdalen est réellement un laboratoire pour les ovnis. C’est un endroit où des choses se produisent et où des choses peuvent être étudiées.»
Voici une autre vidéo montrant des phénomènes lumineux multicolores qui changent de forme, se scindent et se fusionnent (notez les échanges très bien visibles entre les formes lumineuses). Le phénomène a été filmé le 18 janvier 2001, entre 23 h et 23 h 45, près d’Oppdal à l’ouest de Hessdalen






De façon plus générale, les phénomènes atmosphériques lumineux dont les causes et le processus de formation ne sont pas encore bien identifiés sont appelés earthlights (littéralement, «lumières de terre»). Les lumières de Hessdalen (ci-contre, détail d’une vidéo réalisée en 2001 - la vidéo complète est présentée un peu plus bas), en Norvège, dont certains pensent qu’elles sont des plasmas ou des plasmoïdes formés par certains processus géologiques (mais pas nécessairement sismiques), sont un exemple de ces «lumières de terre».

Les phénomènes lumineux de Hessdalen ont commencé à être étudiés sur le terrain par des scientifiques, peu après le début de l’importante «vague» d’observations des années 1980. Les lumières de Hessdalen peuvent avoir jusqu’à plusieurs mètres de diamètre, être stationnaires ou se déplacer, disparaître puis réapparaître un peu plus loin. Elles sont parfois détectées au radar mais pas toujours, auraient une durée de vie de quelques secondes à plus d’une heure, pourraient changer de forme et de couleur, se diviser ou se fusionner sous les yeux des témoins, perturber les appareils électriques lorsqu’elles sont à proximité et peut-être même laisser des résidus matériels (rapports complets dans le site officiel du Hessdalen Projet).

Ci-dessous, la vidéo d’une lumière de Hessdalen capturée par une caméra de surveillance le 4 décembre 1999 :

 

Retour à l'accueil