C'est la saga mystérieuse de l'été... Exactement neuf jours après le premier «crop circle» («cercle de culture») repéré dans un champ de Corcelles-près-Payerne (VD), un deuxième spécimen a fait son apparition, hier matin à Dommartin, près d'Echallens (VD). Cette fois, c'est un champ (de blé, toujours) d'Ernest Hunziker qui a été choisi... «J'étais en train de couper des salades lorsqu'à 7 h 30, le voisin m'a appelé. Il m'a dit: «Faut vite venir. C'est la fin du monde!» rigole, après coup, l'agriculteur.

Accompagné de son épouse, Catherine, et de son jeune fils, Ernest Hunziker s'est rendu peu de temps après sur le site du «crop circle». Inscrit dans un champ situé en contrebas de la route qui va de Dommartin à Poliez-Pittet (VD), le cercle est bien visible. Il accuse un diamètre d'environ 60 mètres et, en moins sophistiqué peut-être, ressemble à l'oeuvre de Corcelles-près-Payerne. «On était tous un peu surpris», raconte Catherine Hunziker, plutôt amusée, comme son mari. «Je ne sais pas s'il faut en être fier!» sourit ce dernier.

Ernest Hunziker ne songe en tout cas pas à déposer une plainte. «Le risque, c'est que le blé pilé regerme s'il pleut beaucoup. Mais ce ne serait vraiment pas une grosse perte.» L'agriculteur est plus impressionné par le phénomène. «C'est quand même du beau boulot, que ce soit des jeunes ou... d'autres. Je ne sais pas ce qu'il faut croire. Ce serait sympa de voir les gens qui l'ont fait. J'irais boire une bouteille avec eux!»

Nouvelle blague de plaisantins, digne d'un vendredi 13? Plusieurs indices permettent de s'en convaincre: «C'est le seul champ des alentours qui n'était pas versé à cause du vent», remarque Catherine Hunziker. Et deux couloirs de blé piétiné sur d'anciennes traces de tracteur donnent une idée de comment les «artistes» ont accédé au cercle. En début d'après-midi pourtant, après la visite d'une équipe de l'identité judiciaire de la police cantonale, les enquêteurs n'avaient toujours aucune piste sérieuse.un-deuxieme-champ-a-ete-visite-mysterieusement.jpg

Face aux gendarmes qui empêchaient toute personne de pénétrer sur le champ, quelques curieux préféraient croire, encore, à une création surnaturelle. «Si c'est un «vrai» cercle, c'est très fort», s'enthousiasme Lise Merminod, médium installée à Assens (VD). Arrivée en même temps que la police sur les lieux, elle s'en mordait les doigts: «Il faudrait qu'on soit au milieu du cercle pour sentir l'énergie: ça vous recharge... Mais ils ne nous ont pas laissés rentrer.»

Source:le matin

Retour à l'accueil