L’essai raté. 1992: les premières planètes extrasolaires sont découvertes. Déception : elles orbitent non pas autour d’une étoile, mais d’un pulsar nommé PSR B1257+12, une étoile à neutron à forte vitesse de rotation, prodigues en radiations. Les rayons provoquent sur les planètes de fabuleuses aurores boréales, mais aucun être humain ne pourra les y observer. NASA/JPL-Caltech  


La première. 1995, deux astronomes suisses détectent la première planète en orbite autour d’une étoile comparable à notre Soleil. Aussitôt découverte, 51 Pegasi b, parfois surnommée Bellerophon, défraye pourtant la chronique. « Pesant » la moitié de Jupiter, elle évolue pourtant huit fois plus près de son étoile que Mercure, la planète la plus proche de notre Soleil. On appellera donc les planètes similaires à 51 Pegasi b des « Jupiters chauds ». Et ce n’est que la première d’une série de découvertes inattendues. NASA/JPL-Caltech

La voisine. De la taille de Jupiter, cette géante gazeuse tourne autour de l’étoile Epsilon Eridani, ce qui en fait l’exoplanète la plus proche de notre système solaire. Une proche banlieue de la Terre qui se situe tout de même à 10.5 années lumières.

La doyenne. L’âge de cette planète, comparable à Jupiter, est évalué à quelque 13 milliards d’années, ce qui en fait la plus vieille du catalogue des exoplanètes. Nasa G.Bacon
Les égarées. Plusieurs exoplanètes sont elles, dépourvues d’étoiles, flottant librement dans le cosmos. On les appelle des « planemos ». Ici, le système Oph 162225-240515, composé de deux « naines brunes », des astres étranges, soleils avortés, à mi chemin entre l’étoile et la planète. ESA

L’illuminée. Certaines planètes ont en revanche deux voire trois astres. Ainsi, un homme posté à la surface d’un hypothétique satellite de HD 188753 Ab (surnommée Tatooine en hommage à Star Wars) pourrait observer un triple coucher de soleil.

La planète noire. A la surface de HD 149026b règne un enfer de 2.040°C, ce qui en fait la planète la plus chaude de l’univers. Si chaude que les scientifiques pensent qu’elle doit absorber la quasi-totalité de l’énergie de son étoile. A l’œil humain, elle ressemblerait donc à une gigantesque boule de charbon. NASA/JPL-Caltech/T. Pyle (SSC)

La planète « Janus ». Comme le dieu antique, Upsilon Andromedae b a deux visages. Une face subit une nuit éternelle et glaciale (-20 à -230°C). L’autre est brûlée en permanence par son étoile (1.400 à 1.650°C), à la manière de notre Lune qui nous présente toujours la même face. NASA/JPL-Caltech/R. Hurt (SSC)

La jumelle. Gliese 581c est à ce jour l’exoplanète qui ressemble le plus à la Terre. Selon les premières études, elle pourrait supporter de l’eau liquide, avec une température située en 0 et 40°C. Mais son étoile est une naine rouge, et nul ne sait si la vie pourrait supporter un tel environnement.
             
Source:le figaro
 
Retour à l'accueil