La zone habitable autour des étoiles est une zone théorique où l'eau peut rester liquide à la surface d'une planète et les conditions physiques (température en particulier) sont compatibles avec l'existence de la vie, du moins sous la forme que nous lui connaissons. En fonction du type de l'étoile et donc de sa luminosité, la distance de cette zone varie. Les étoiles deviennent plus lumineuses avec l'âge, repoussant la zone toujours plus loin. Si une planète évolue trop près de son étoile, la chaleur entraînera l'évaporation de l'ensemble des réservoirs d'eau liquide, au contraire des planètes les plus éloignées recouvertes d'océans et autres retenues d'eau complètement gelée.

kamasutra1.jpg




















La zone habitable en fonction de la taille de l'étoile





Dans le Système Solaire, on estime que cette zone autour du Soleil s'étend à partir de 0,95 à 1,67 unités astronomiques (UA, la distance moyenne de la Terre au Soleil, soit 150 millions de km environ). De fait, seule la Terre évolue dans cette région. Quant à Mars, elle se situe à la limite de la zone et reste donc un monde gelé. Cependant, d'ici quelques milliards d'années, la zone d'habitabilité s'étendra au-delà de l'orbite martienne de sorte qu'il est tout à fait possible que la vie martienne se développe une nouvelle fois, ou se réveille.
heic0612b-M.jpg
Les découvertes les plus récentes faites sur Terre mais également sur d'autres mondes du Système Solaire nous amènent à redéfinir ce qu'est la zone habitable du Système Solaire. Aujourd'hui, cette zone n'est plus seulement définie comme la région où l'eau peut rester liquide à la surface d'une planète.

La recherche astrobiologique dans les milieux extrêmes terrestres nous montre que des oasis existent dans les environnements les plus hostiles et ouvrent de nouveaux horizons pour la recherche de la vie sur d'autres planètes. Au-delà de la Terre, Mars et Europe ne sont plus les seules à être considérées comme potentiellement habitables pour des formes de vie (éteintes ou présentes).

Des satellites, tels que Ganymède, Callisto, et Titan, apparaissent comme de nouveaux candidats. Désormais, l'habitabilité peut être considérée à l'échelle d'une planète mais aussi à l'échelle de niches parfois microscopiques, à la surface ou à l'intérieur d'une planète. La vie n'a pas nécessairement besoin de l'énergie du Soleil et peut survivre des kilomètres sous la surface. L'éventail des habitats extrêmes terrestres inclut des environnements acides, alcalins, chauds, froids, hypersalins, soumis à des rayonnements intenses ou à l'aridité. Malgré ces conditions, la vie abonde.

Des environnements analogues existent sur d'autres planètes et l'exploration planétaire de ces 20 dernières années nous fournit une vision complètement nouvelle sur le potentiel de la vie dans notre proche voisinage planétaire. L'étude des milieux extrêmes terrestres nous interroge sur les limites (ou l'absence de limites) de la vie.
  Source: flashespace.com
Illustration: Wikipédia


Retour à l'accueil