En 1985, la Nasa exposa des progrès considérables accomplis dans la compréhension du rôle de l’argile dans les processus d’apparition de la vie sur Terre. L’argile possède deux propriétés essentielles à la vie : conserver et transférer l’énergie. Cette énergie inhérente à l’argile peut provenir de la désintégration radioactive des premiers âges de la terre. En utilisant l’énergie emmagasinée, l’argile fonctionne comme un laboratoire chimique où les matières brutes inorganiques sont transformées en molécules plus complexes. Selon le chercheur allemand Armin Weiss, de l’Université de Munich, les cristaux d’argile parviennent à se reproduire d’eux mêmes grâce à un «cristal parent» (phénomène de reproduction primitive). Les «proto-organismes» inorganiques de l’argile semblent servir de modèles, à partir desquels les organismes vivants finissent par se développer.
Selon la chercheuse Lelia Coyne, ces propriétés énigmatiques de l’argile sont dues à la capacité des argiles à piéger et transmettre l’énergie découlant «d’erreurs» dans la formation de leurs cristaux. Ces défauts de leur microstructure servent à «piéger» l’énergie ; c’est à partir d’eux que s’élaborent les schémas directeurs des proto-organismes. C’est donc à cause d’une accumulation d’erreurs chimiques, que l’on devrait la vie sur la Terre. L’argile agit comme un algorithme énergétique qui fait des combinaisons aléatoires du fait de ses défauts jusqu’à trouver une structure complexe stable. Ainsi, du chaos naîtrait l’ordre ce qui explique les propriétés réparatrices et thérapeutiques de l’argile.
La théorie du «creuset d’argile», expliquerait la transition d’éléments chimiques en molécules organiques simples, puis en molécules organiques complexes, enfin de matière inanimée en matière animée.
Cette théorie évoque le récit de la Genèse :
«Alors Yahvé Dieu modela l’homme avec la glaise du sol». En langage courant, la glaise, c’est l’argile. Ce que la Genèse exprime par «Poussière» ou glaise, qui a formé l’homme signifie en réalité argile. L’homme poussière retournant à la poussière, est l’homme d’argile retournant à l’argile, l’usine chimique primordiale de la terre.
On sait à présent que pour servir de catalyseurs dans la formation des chaînes courtes d’acides aminés, les argiles doivent subir des cycles d’humidification et de séchage. C’est ainsi que des algues primitives ont représenté les premières créatures vivantes unicellulaires sur Terre. Elles n’ont pour ainsi dire pas changé depuis des milliards d’années.
On peut donc affirmer que la vie a évolué simultanément sur terre et dans les océans contrairement à ce qu’affirme la science actuelle. Ce fait est étonnamment bien décrit dans les versets bibliques du cinquième jour de la genèse : «Que les eaux grouillent d’êtres vivants et que des oiseaux volent au dessus de la terre contre le firmament du ciel. Ensuite Dieu créa les grands serpents (reptiles) et tous les êtres vivants qui glissent et qui grouillent…»
Les oiseaux ne seraient donc pas les descendants des dinosaures (grands reptiles). Cela ne s’explique que si la vie est venue de l’argile et non de la mer comme ce qui est communément admis….
Source : Zécharia Sitchin La planète cachée à l’origine de l’humanité.

tablette.gif

 

Retour à l'accueil