carte.jpgPour la première fois, des astronomes ont tracé la carte des températures d'une exoplanète. Visuellement, cette carte risque de vous décevoir mais néanmoins, c'est une vraie performance. Elle a été tracée par des astronomes à partir de mesures de la planète acquises par Spitzer, le télescope spatial de la NASA fonctionnant dans l'infrarouge.

HD189733 b

La planète en question a été découverte en octobre 2005 par une équipe française du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille et de l'Observatoire de Haute Provence. Elle se situe à quelques 60 millions d'années-lumière, près de la constellation du Renard.

HD189733 b, c'est son nom, est plus massive (1,15 fois) et plus grande que Jupiter (1,26 fois). Elle tourne autour de son étoile en seulement 2,2 jours, soit 2 000 fois plus rapide que Jupiter qui tourne autour du Soleil en une douzaine d'années. Il s'agit d'une des périodes orbitales la plus courte connue. Notez que l'étoile HD189733 est visible aux jumelles, située à proximité de la nébuleuse Dumbell M27 bien connue des astronomes amateurs.

De façon surprenante, cette carte montre des températures diurnes (930 ° Celsius) et nocturnes (650 ° Celsius) assez homogènes avec cependant l'existence d'un point chaud. En théorie, les températures de nuit devraient être négatives ou du moins porche du zéro degré, ce qui n'est pas le cas.

Pour expliquer cette particularité propre à cette planète, les astronomes pointent du doigt l'existence de vents extrêmement violents, soufflant à quelque 9700 km/h ! Ils joueraient un rôle majeur dans le réchauffement des régions plongées dans la nuit. la planète est tout simplement entourée d'un courant d'air très chaud qui n'a pas le temps de se refroidir la nuit.

Le télescope spatial Spitzer

Le télescope spatial Spitzer a été placé sur orbite le 25 août 2003 par une fusée Delta II de Boeing depuis la base américaine de Cap Canaveral (Centre spatial Kennedy). D'une durée de vie opérationnelle d'au moins 2 ans et demi, et portée à 5, Spitzer complète la gamme des grands télescopes spatiaux de la NASA que sont Hubble, Chandra et Compton (désorbité en 2000).

Le télescope est doté d'un miroir de 85 centimètres et de trois instruments à refroidissement cryogénique : une caméra fonctionnant dans le proche et moyen infrarouge, un spectrographe permettant d'analyser l'ensemble des longueurs d'ondes de l'infrarouge et un photomètre pour la collecte d'informations sur la gamme d'infrarouge lointain.

Depuis son orbite héliocentrique, dos au Soleil, il étudie la notamment la formation des étoiles et des planètes. Il observe l'Univers comme il était il y a des milliards d'années et aide les scientifiques à déterminer la façon et le moment dont les premiers objets se sont formés, ainsi que leur composition. Spitzer est capable de découvrir des objets jamais observés auparavant car occultés par la poussière interstellaire comme les étoiles et les galaxies les plus lointaines. Il observe les objets les plus froids du Système Solaire (planètes externes, astéroïdes et autres petits corps) et les disques de poussière présents autour de jeunes étoiles (disque proto-planétaire).

Crédits NASA / JPL-Caltech / Harvard-Smithsonian CfA
Retour à l'accueil