Donner un peu de l’agilité humaine à ses sondes et robots destinés à naviguer dans l’espace.

L’idée est de fournir aux astronautes une assistance sinon humaine, du moins humanoïde, par le biais de robots capables de réaliser des opérations de maintenance, par exemple. Le Robonaut 2 (alias R2, wink wink), développé par la NASA en collaboration avec General Motors et Oceaneering : le robot humanoïde est doté de mains et de « tendons », bardé de capteurs et systèmes de reconnaissance, fourmille d’algorithmes… et nécessite un contrôle pointu, et un peu d’intuition humaine. Et pour les contrôler, la NASA s’est tournée vers Sony, avec lequel elle teste l’utilisation d’un PlayStation VR.

Apprendre à maîtriser la latence

L’idée est tout simplement, si l’on ose dire, de diriger ces Robonauts 2 depuis la Terre, grâce à un opérateur portant un casque de réalité virtuelle ainsi que des PS Move et autres manettes. D’après l’ingénieur Garrett Johnson, qui travaille sur le projet, « nous avons espoir que si l’on place les gens dans un environnement dans lequel ils peuvent regarder autour d’eux et se mouvoir de manière beaucoup plus intuitive qu’avec un clavier et une souris, cela demandera beaucoup moins d’entraînement pour faire fonctionner le robot et permettre un contrôle plus rapide et plus direct du mouvement ». Avec, à terme, un autre espoir : substituer, pour certaines missions du moins, ces R2 aux astronautes.

Retour à l'accueil