Extraterrestre, structure et étoile…

Récemment, un groupe d’astronome aurait découvert autour d’une étoile qui a été identifiée par le télescope Kepler une structure qu’ils pensent être une construction artificielle.

Jason Wright, un astronome de l’université de Penn, raconte avoir été totalement fasciné par cette découverte. En effet, l’étoile qui a été identifiée par KIC 8462852 se situe au-dessus de la Voie Lactée entre les constellations du Cygne et de la Lyre. Elle avait été découverte en 2009 et était dans les candidates pour avoir des planètes dans une zone habitable. Mais en plus de ces similitudes avec notre soleil, cet astre émet des signaux lumineux étranges, très différents des autres qui avaient été jusqu’à présent observé.

structure extraterrestre

Si au départ, les scientifiques ont pensé qu’il pouvait s’agir d’une planète qui orbitait de ce soleil, en 2011 un groupe d’analystes a été plus loin. En effet, cette étoile serait entourée d’une structure de matière en formation serrée. S’il pouvait s’agir de débris entourant une jeune étoile comme c’est souvent le cas, cette étoile est trop ancienne et la masse se serait forcément agglutinée ou aurait été aspirée par l’étoile à cause de la gravité.

Pour les scientifiques dont Jason Wright, cette structure qui entoure cette étoile pourrait être une sorte de construction, tel un anneau, qui aurait été construit par une intelligence et de ce fait par des entités extraterrestre. Si pour le moment, ce n’est qu’une hypothèse de travail, des analyses vont être effectuées, des radiotélescopes de l’institut SETI vont être orientés dans sa direction afin de voir s’il y a une activité et nous en dire un peu plus sur cette étoile et sur cette structure qui, pour le moment, n’a aucune explication.

Une énorme masse de matières orbitant autour de la planète

Les données issues de KIC 8462852 ont tapé dans l'oeil d'un groupe de "citoyens astronomes" de Planet Hunter [chasseur de planète, NDLR], un programme créé par l'université de Yale invitant tous les "citoyens scientifiques" à traquer les exoplanètes et à aider la Nasa dans cette quête.

"Nous n'avions jamais vu une étoile comme ça", s'enthousiasme Tabetha Boyajian, une astronome de l'université de Yale. "C'était vraiment étrange. Au début, on a pensé que nos données étaient fausses, ou dues un mauvais mouvement de Kepler, mais nous avons tout vérifié".

Tabetha Boyajian a donc publié un article qui expose toutes les pistes qui pourraient expliquer ce phénomène.

Retour à l'accueil