Faut-il se tourner vers les exolunes - les lunes extérieures à notre système solaire - pour espérer trouver des formes de vie autres que la vie terrestre ? C'est en tout cas ce que suggèrent les travaux menés par deux astrophysiciens canadiens.

Les lunes orbitant autour des planètes extérieures au système solaire auraient une probabilité d'abriter la vie au moins aussi importante que les planètes autour desquelles elles orbitent, selon une étude canadienne menée par deux astrophysiciens de l'Université Mc Master (Ontario, Canada).

Pour parvenir à cette conclusion, les deux chercheurs ont développé le raisonnement suivant : de nombreuses planètes situées à l'extérieur du système solaire sont plus massives que Jupiter, et orbitent autour de leur étoile dans la zone dite habitable (où de l'eau peut y exister sous forme liquide). Mais ces planètes sont gazeuses, et ne disposent pas d'une surface solide leur permettant d'abriter la vie. En revanche, les lunes qui orbitent autour de ces planètes disposent d'une surface solide, permettant à de l'eau liquide d'y être présente. Et donc, à des formes de vie potentielles de s'y développer.

Sur la base de ce raisonnement, René Heller et Ralph E. Pudritz ont modélisé les débuts de la vie de Jupiter à l'aide d'un outil informatique, en intégrant les données connues sur cette planète. Résultat : ils ont constaté que les circonstances de sa naissance avaient de grandes chances de mener à la formation de corps glacés autour de Jupiter, prédisant la création de lunes glacées comme c'est effectivement le cas.

http://www.journaldelascience.fr/espace/articles/vie-extraterrestre-est-elle-rechercher-lunes-4737

Retour à l'accueil